« Opérationnelle dès aujourd’hui », la Banque des territoires mobilisera en moyenne 20 milliards d’euros par an

jeudi 7 juin 2018

En direct de l’institutionnel

Au cœur du projet d’Éric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts, la banque des territoires a été officiellement lancée ce mercredi 30 mai. Il s’agit d’une « construction managériale » et d’« une marque » pour offrir un « meilleur service », davantage « personnalisé », et non d’une nouvelle structure.

« La banque des territoires doit être le bras armé d’une volonté politique de solidarité et d’égalité entre les territoires français », estime le ministre de l’Économie et des finances, Bruno Le Maire.

Elle regroupera quatre directions existantes de la Caisse (fonds d’épargne, investissements et développement local, clientèles bancaires, réseau et territoires) auxquelles sont associées deux de ses filiales à 100 %, la SCET (conseil et ingénierie) et CDC Habitat (opérateur de logement social et intermédiaire).

Cette structure doit permettre d’offrir un point d’entrée unique aux clients de la Caisse et une palette de solutions à toutes les étapes de leur projet, « en amont comme en aval ».

En moyenne, cette « banque », qui n’en est pas une au sens juridique du terme, devrait proposer 20 milliards d’euros de financement par an à ses clients (collectivités locales, organismes de logement social, EPL, professions juridiques) sur « tous les territoires » : « 15 milliards d’euros de prêts au logement social » et à la politique de la ville via le fonds d’épargne, « 2 milliards d’euros en complément issus du Plan logement » présenté le 5 avril dernier, « 1,5 milliard d’euros de prêts aux collectivités locales et 1,5 milliard d’euros d’investissement sur fonds propres ».
La Banque des territoires « est déployée dans les 16 directions régionales et 35 implantations territoriales » de la CDC.

Une plateforme digitale – prévue pour l’automne au plus tard – doit faciliter les échanges. C’est par ce biais que les organismes de logement social pourront avoir recours aux PHBB. La seconde vague de ces prêts, d’un montant de 2 milliards d’euros pour « accompagner les rénovations et exercer un effet de levier sur la construction neuve de logements sociaux » à partir du 5 juin.

Du côté des syndicats, qui assurent comprendre la nécessité d’une plus grande visibilité auprès des clients, et notamment des élus, l’appellation « Banque des territoires » ne passe pas.

« La CDC n’est pas une banque juridiquement et il ne faut pas qu’elle le soit », commente Jean-Philippe Gasparetto, délégué syndical CGT. Concernant le logement social, il pointe le « gros danger du découpage entre le service de production des prêts et la direction des fonds d’épargne », seul le premier passant à la Banque des territoires. Ce qui pourrait ouvrir la voie, à terme, à une modification des règles de fonctionnement du financement du logement social, si les prêts à l’habitat ne sont plus structurellement appuyés sur le livret A.

(source AEF)



fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression
envoyer par mail
suivre la vie du site